Reconversion militaire : décryptage des soft skills

Décryptage des principaux soft-skills à maîtriser en entreprise 

Le terme soft skills ou “compétences douces” en français fait son chemin dans les entreprises depuis quelque temps. Pour Pierre BREDEAU, cela a toujours existé ; il s’agit du fameux savoir-être empreint de solides valeurs qu’ont notamment développé les militaires ou les sportifs de haut-niveau. Cependant, il est vrai que l’évolution du monde du travail, accentuée durant les périodes de confinement avec la mise en place du télétravail “forcé”, a décuplé le discours et le travail autour de ce qui peut paraître comme de nouvelles compétences comportementales pour nous adapter à ces évolutions. 

CIVIMIL, cabinet de conseil et de recrutement spécialisé dans la reconversion militaire, a dressé une liste des principales soft skills à développer et à mettre en avant lors du processus de recrutement. 

L’adaptabilité : savoir innover et naviguer dans n’importe quelle situation 

Les cabinets de recrutement, les recruteurs ou encore les départements des ressources humaines en entreprise s’accordent pour dire que les nouveaux collaborateurs doivent posséder les compétences techniques requises (le b-a ba en quelque sorte). La différence se joue sur les qualités humaines et morales ainsi que sur la capacité d’adaptation (ce ne sont pas des capacités qui se maîtrisent mais qu’on a d’office ou qu’on développe en lien avec nos diverses expériences perso et pro…) à mettre en œuvre dès l’entrée dans l’entreprise. 

Avec les différents confinements, les employeurs comme les salariés ont dû s’adapter dans l’urgence à une nouvelle organisation. En effet, pour la majorité des entreprises en France, le télétravail à temps complet était effectif pour moins de 2 % des employés avant la Covid 19 contre 40 % aujourd’hui (selon une étude de Malakoff Humanis). Les employeurs, comme les employés, ont dû adopter de nouveaux outils de communication digitaux, indispensables pour le travail et le lien social, et, pour ceux qui n’étaient pas prêts, ils ont surtout dû les maîtriser dans un laps de temps record. 

Au-delà de l’organisation du travail, les entreprises et collaborateurs ont dû jongler entre leurs contraintes familiales, avec la fermeture des écoles, tout en répondant aux exigences professionnelles. Pour y arriver, la flexibilité (nous pourrions même parler d’agilité) et de fortes compétences organisationnelles se révèlent indispensables. 

Pour l’agence de reconversion CIVIMIL, les collaborateurs ex-militaires ou ex-membres des forces de l’ordre bénéficient, grâce aux fonctions opérationnelles qu’ils ont occupé sur le terrain, souvent en situation de crises, d’une grande capacité d’adaptation face aux imprévus et disposent surtout d’une grande agilité pour atteindre leurs objectifs et mener à bien leur mission malgré des changements de contexte, parfois quasi constants. 

L’autonomie et le sens de l’organisation : savoir anticiper, observer et prendre des décisions 

En cette période si particulière, les entreprises ont besoin de collaborateurs autonomes, professionnels et disciplinés. En effet, les employeurs n’ont pas le temps de “materner” et souhaitent pouvoir faire confiance, même à distance, à leurs collaborateurs. Il s’agit d’être autonome pour prioriser les urgences ou encore répondre à des situations complexes. Pour les recruteurs, les candidats doivent être acteurs de leur production et surtout moteurs de leur réussite dans les différentes missions accordées. C’est aussi ce qu’on appelle la proactivité. Bien entendu, cela n’enlève pas la nécessité d’une période d’intégration, ou d’onboarding (voir prochain article sur le thème), bien organisée durant laquelle le nouveau collaborateur peut prendre ses marques, monter en compétences sur les divers outils et spécificités de l’entreprise ; ceci permettant ensuite à ce dernier de gagner en autonomie.

Selon le cabinet CIVIMIL qui accompagne les anciens militaires dans leur reconversion professionnelle, cette faculté à être autonome fait partie des acquis à faire prévaloir en entreprise. Sur le terrain, les forces armées apprennent à se gérer et à réagir dans l’urgence. Ils ont :

  • Le sens de l’organisation : ils disposent d’une vision globale de la mission, ils savent anticiper les risques et envisager des solutions en fonction de ces derniers. C’est aussi ce que l’on appelle dans le jargon “lire le terrain”.
  • Le sens du commandement : ils possèdent une réelle appétence pour le management. Nous verrons ultérieurement pour quelles raisons le mot “commandement” n’est pas tabou, et en quoi il est aussi bienveillant.
  • Le dépassement de soi et la prise d’initiatives : ils sont force de proposition et sont proactifs. Ils apprennent à ne pas être enfermés dans leurs “croyances limitantes” (expression bien connue en coaching et en développement personnel ; nous pourrons vous en parler plus en détails si vous êtes intéressés), à se remettre constamment en question pour continuer d’avancer. Un militaire bien entraîné ne passe pas à côté d’un problème sans réfléchir à une solution et saura ainsi faire remonter ce problème tout en proposant une ou plusieurs solutions. 

L’esprit d’équipe et l’empathie : pour manager une équipe avec bienveillance et efficacité 

Penser individuel est aujourd’hui exclu de la vision des entreprises. Les employeurs évoquent plutôt la pensée collective, la cohésion et l’esprit d’équipe. Des valeurs que partagent et appliquent, d’ailleurs, au quotidien les membres de l’équipe CIVIMIL. 

Pour les militaires professionnels, la cohésion, l’engagement pour l’autre “jusqu’au sacrifice ultime” et la fraternité sont autant de valeurs qui caractérisent leur service au sein de l’Institution militaire pour la mission confiée mais aussi pour le collectif. 

Dans l’Armée, il faut savoir “motiver” les troupes. Qu’ils soient militaires du rang, sous-officiers ou officiers, à tous les niveaux, les personnels apprennent à prendre des responsabilités, à comprendre l’autre et à tirer son équipe vers le haut. 

Ces valeurs sont précieuses pour le monde de l’Entreprise et surtout sur ​ des postes de cadres qui demandent à la fois de savoir gérer une équipe et d’aider chaque membre à s’épanouir dans le groupe.

C’est d’ailleurs pour ces valeurs de dévouement, de service, d’investissement, d’esprit d’équipe, de goût du challenge, de pugnacité, que le cabinet accompagne des candidats issus du Ministère des Armées afin de les aider à trouver un emploi cadre au sein d’un projet qui correspond à leurs attentes dans le secteur privé, voire parfois dans la fonction publique. 

La gestion du stress, des risques et des imprévus 

Le personnel issu du centre militaire de formation vous le confirmera : agir dans l’urgence est souvent source de stress, parfois d’anxiété et donc d’erreurs. Pour les militaires, amenés à gérer des situations imprévues et à prendre des décisions dans le stress, il en va de leur vie et souvent aussi de celles des autres. 

Pour mieux faire face à ces situations, ils cherchent à minimiser le plus possible l’impact négatif du stress (on parle parfois alors de “stress positif”), ils s’entraînent constamment (NB : c’est ce que nous appelons le drill) à exercer leur métier dans diverses situations, de normale à la plus dégradée qui soit. 

De plus, tout au long de leur carrière, ils développent des méthodologies facilitant la prise de décision, même en situation de stress intense. Celles-ci sont applicables dans la vie de l’entreprise comme : 

la Méthode de Raisonnement Tactique (MRT) des militaires qui sert à analyser une situation, résoudre l’équation et prendre une décision ; la meilleure possible, selon la lecture du terrain que l’on a pu faire, et surtout nous permettant de mener à bien notre mission. 

la méthodologie des “Techniques d’Optimisation du Potentiel” (TOP), qui sert en quelque sorte à mobiliser au mieux ses ressources (physiologiques, émotionnelles, cognitives et comportementales) en fonction des objectifs à atteindre. Cette seconde technique est non seulement valable pour les militaires et les situations de stress en entreprise, mais elle est applicable auprès de toute personne qui souhaite améliorer la qualité de son sommeil, sa mémorisation, sa concentration ou encore sa confiance en soi. 

Durant ses 10 années de service au sein des armées, Pierre Bredeau, le fondateur de CIVIMIL, a appris ces méthodes qu’il applique encore aujourd’hui : “Au sein de l’armée, nous utilisons des techniques de relaxation ou d’analyse tactique pour prendre du recul sur une situation, s’adapter en toute circonstance et gérer ses émotions, ainsi que sa fatigue dans le temps.”

CIVIMIL, expert de la transition professionnelle des militaires notamment vers des postes de cadres dirigeants, encourage les entreprises à recruter un militaire pour ces principaux soft skills déjà acquis. Un directeur commercial, un directeur des opérations ou un directeur logistique, par exemple, doivent parfois faire face à des situations de crise telle qu’une perte financière, une perte de client, un changement de planning soudain impactant directement la réalisation des opérations ou des prestations, un problème de sécurité, un problème de transport ou de marchandise, une crise sociale, etc. La personne qui occupe le poste de cadre ou de dirigeant doit être capable de prendre du recul sur la situation pour agir et mobiliser les troupes. Le dénominateur commun avec les militaires est cette gestion des émotions, cette droiture, ce professionnalisme, ce sang-froid et cette intégrité qui font leur différence lors d’un entretien d’embauche. 

À qui s’adresse le cabinet de recrutement CIVIMIL ?

CIVIMIL, cabinet de recrutement indépendant, est spécialisé dans le recrutement de cadres issus des armées. Il s’adresse aux ex-militaires ou ex-membres des forces de sécurité (Pompier Pro, Sécurité Civile, Police, Gendarmerie), qui souhaitent entamer une seconde partie de carrière dans le civil, et leurs conjoints.* Peu importe le temps de service effectué dans l’Armée ou dans les forces de l’ordre, peu importe la spécialité ou l’unité, CIVIMIL s’engage à vos côtés pour vous proposer l’emploi qui vous correspond. 

Notre ambition est d’aider les candidats, en reconversion militaire, à reprendre confiance en eux et à les accompagner vers l’emploi en adéquation avec leur projet professionnel, leurs aspirations et leurs compétences. 

Un projet de transition ou de reconversion professionnelle ?

Contactez l’équipe Civimil

Nous vous dirons aussi pour quelles raisons nous préférons parler de transition professionnelle plutôt que de reconversion, comme le veut le lexique institutionnel des armées. En quoi cela vous aide-t-il d’utiliser l’expression “transition professionnelle” ?